À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter

LE GUIDE POUR RETROUVER CONFIANCE EN SOI + BONUS VIDEOS 

Télécharger votre guide OFFERT! 

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Rate this post

HOUSTON 22 mai 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la téléconférence ou de la présentation des résultats de LyondellBasell Industries NV le vendredi 1er mai 2020 à 15 h 00 GMT

* Bhavesh V. Patel

LyondellBasell Industries N.V. – PDG et administrateur

LyondellBasell Industries N.V. – Responsable IR

* Michael C. McMurray

LyondellBasell Industries N.V.- Vice-président exécutif et directeur financier

* Aleksey V. Yefremov

* David L. Begleiter

* John Ezekiel E. Roberts

UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur exécutif et analyste de la recherche sur les actions, produits chimiques

* Jonas I. Oxgaard

Sanford C. Bernstein & Co., LLC., Division de la recherche – Analyste principal

Tudor, Pickering, Holt & Co. Securities, Inc., Division de la recherche – MD of Refining and Chemicals Research

* Prashant N. Juvekar

Citigroup Inc, Division de la recherche – Chef mondial de la recherche sur les produits chimiques et l'agriculture et MD

Bonjour et bienvenue à la téléconférence LyondellBasell. À la demande de LyondellBasell, cette conférence est enregistrée à des fins de relecture instantanée. (Instructions de l'opérateur)

J'aimerais maintenant confier la conférence à M. David Kinney, directeur des relations avec les investisseurs. Monsieur, vous pouvez commencer.

David Kinney, LyondellBasell Industries N.V. – Responsable IR (2)

Merci, opérateur. Bonjour et bienvenue à la téléconférence du premier trimestre 2020 de LyondellBasell. Je suis accompagné aujourd'hui de Bob Patel, notre chef de la direction; et Michael McMurray, notre directeur financier. Avant de commencer la discussion commerciale, je voudrais souligner qu'une présentation de diapositives accompagne l'appel d'aujourd'hui et est disponible sur notre site Web à www.lyondellbasell.com.

Aujourd'hui, nous discuterons de nos résultats commerciaux tout en faisant référence à certains énoncés prospectifs et à des mesures financières non conformes aux PCGR. Nous pensons que les déclarations prospectives sont basées sur des hypothèses raisonnables et que les mesures alternatives sont utiles aux investisseurs. Néanmoins, les déclarations prospectives sont soumises à des risques et incertitudes importants. Nous vous encourageons à en savoir plus sur les facteurs qui pourraient conduire à la divergence de nos résultats réels en examinant les mises en garde dans les diapositives de présentation et nos documents réglementaires, qui sont disponibles sur www.lyondellbasell.com/investorrelations.

Des rapprochements des mesures financières non conformes aux PCGR avec les mesures financières conformes aux PCGR, ainsi que d'autres informations, y compris la publication des résultats, sont également disponibles sur notre site Web. Enfin, je tiens à signaler qu'un enregistrement de cet appel sera disponible par téléphone à partir de 13 h 00. Heure de l'Est aujourd'hui jusqu'au 1er juin en composant le (866) 397-1431 aux États-Unis et le (203) 369-0538 en dehors des États-Unis. Le code d'accès pour les deux numéros est 1160. Lors de l'appel d'aujourd'hui, nous nous concentrerons sur les résultats du premier trimestre, l'environnement actuel, nos perspectives à court terme et fournirons une mise à jour sur nos initiatives de croissance.

Avant de céder la parole à Bob, je voudrais attirer votre attention sur le moindre montant non ajusté des coûts ou des ajustements d'inventaire du marché, ou LCM, dont nous avons discuté lors d'appels passés. Ces ajustements sont liés à notre utilisation de la méthode du dernier entré, premier sorti ou du LIFO et à la récente baisse des prix de nos stocks de matières premières et de produits finis. Au cours du premier trimestre, nous avons comptabilisé des frais LCM avant impôts totalisant 419 millions de dollars. Les commentaires émis lors de cet appel porteront sur nos résultats commerciaux sous-jacents, à l'exclusion des impacts de ces frais d'inventaire LCM.

Cela étant dit, je voudrais maintenant passer la parole à Bob.

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – PDG et directeur (3)

————————————————– ——————————

Merci, Dave, et bonne journée à vous tous qui participez à travers le monde. J'espère que vous, vos collègues et vos familles restez en bonne santé en ces temps difficiles. Nous vous remercions d'avoir pris le temps de vous joindre à nous aujourd'hui alors que nous discutons de nos résultats du premier trimestre.

Commençons par la diapositive 3 et passons en revue les faits saillants du premier trimestre. Le portefeuille d'activités de LyondellBasell a continué de fournir des performances relativement résistantes dans un contexte de défis liés à la pandémie de coronavirus, à la chute rapide des prix du pétrole et à la détérioration de l'activité économique. Notre empreinte mondiale sur les actifs, la flexibilité de nos matières premières et nos stratégies financières disciplinées nous servent bien et nous permettent de naviguer dans ces conditions de marché sans précédent. Notre BAIIA du premier trimestre de 1,1 milliard de dollars représente une baisse d'environ 12% par rapport au quatrième trimestre et de 25% par rapport au premier trimestre de l'exercice précédent. Malgré une forte demande pour nos polymères utilisés dans les emballages de consommation et les applications médicales, la rentabilité a été affectée par la faiblesse de la demande pour nos carburants et produits de transport utilisés sur les marchés finaux de l'automobile et d'autres biens durables. Les événements entourant la pandémie de coronavirus et la baisse des prix du pétrole continuent d'évoluer et d'avoir un impact sur les marchés mondiaux de nos produits.

Passons à la diapositive 4 et passons en revue notre approche pour atténuer les effets de ces vents contraires. Actuellement, tous nos principaux sites de fabrication fonctionnent. En réponse à la baisse de la demande pour certains produits, nous avons temporairement ralenti la production dans plusieurs petites usines de notre segment Advanced Polymer Solutions desservant les marchés finaux de l'automobile et diminué de manière appropriée les taux de production dans d'autres usines pour répondre à la demande réduite du marché final. Les consultants de l'industrie estiment que les actifs pétrochimiques et de raffinage dans diverses parties du monde fonctionnent à 60% à 80% de la capacité nominale. Nous prévoyons que la majorité de la capacité de LyondellBasell fonctionnera également dans cette fourchette au cours du deuxième trimestre.

Nos opérations de fabrication ont été déclarées comme une industrie essentielle, répondant aux besoins de la société pour lutter contre la pandémie dans la majorité des régions dans lesquelles nous opérons. Nous avons mis en œuvre les meilleures pratiques recommandées par les professionnels de la santé et les organismes gouvernementaux pour protéger nos employés, nos sous-traitants, nos actifs et les communautés dans lesquelles nous opérons dans le monde tout en maintenant la continuité des activités avec nos clients et fournisseurs.

Depuis l'activation de notre équipe mondiale d'intervention en cas de pandémie fin janvier, nous avons instauré des pratiques de distanciation sociale, intensifié nos protocoles de désinfection et renforcé la surveillance de la santé des employés sur tous nos sites de fabrication. Nos employés de bureau ont travaillé de manière productive à domicile alors que la pandémie se propageait de l'Asie à l'Europe puis aux Amériques. Nous mettons en œuvre des processus pour permettre un retour sûr et complet sur les lieux de travail lorsque les conditions le permettent dans le monde entier. La majorité de nos 1 000 employés en Chine sont maintenant de retour dans nos usines et nos bureaux. Je tiens à remercier et à remercier nos plus de 19 000 employés de LyondellBasell pour leur inlassable innovation, leur dévouement et leur sens de la propriété qu'ils ont manifesté pour notre entreprise en ces temps difficiles.

Depuis l'ampleur de la pandémie, la baisse des prix du pétrole et le ralentissement économique restent incertains. Nous agissons sur des stratégies pour répondre à une série de scénarios économiques. Au cours des derniers trimestres, nous avons travaillé sur des initiatives de réduction des coûts significatives dans toute l'entreprise. Ces initiatives ont été accélérées. En réponse à la baisse de la demande, nous avons mis en place des politiques de gestion des stocks plus agressives. Lorsqu'elles sont combinées à des prix plus bas pour les matières premières et les produits, nous nous attendons à ce que ces actions fournissent une libération significative de trésorerie du fonds de roulement en 2020.

Afin de réduire les risques opérationnels et financiers, nous avons reporté certains projets de croissance et la maintenance planifiée, y compris le ralentissement des activités de construction de notre usine de PO / TBA. Nous prévoyons actuellement que ces mesures réduiront les dépenses en immobilisations de 2020 d'environ 20% par rapport à nos prévisions antérieures de 2,4 milliards de dollars et à nos perspectives actuelles de 1,9 milliard de dollars. En avril, la forte demande pour nos obligations de qualité supérieure nous a permis d'augmenter nos liquidités de 2 milliards de dollars grâce à une offre réussie qui a entraîné les taux d'intérêt en dollars américains les plus bas de l'histoire de notre société.

Nous restons convaincus que notre génération de liquidités résiliente et notre approche disciplinée du déploiement des capitaux nous seront utiles en ces temps difficiles. Notre concentration sur le financement du dividende, tout en restant attaché à un solide bilan de qualité, joue un rôle essentiel dans notre proposition de valeur pour les actionnaires. Nous pensons que nos mesures de réduction des coûts d'exploitation, des dépenses en capital et du fonds de roulement généreront suffisamment de flux de trésorerie disponibles au cours des prochains trimestres. En cas de ralentissement prolongé ou plus profond, nous agirons de manière pragmatique et évaluerons toutes les options prudentes.

En mars, la baisse des prix du pétrole et la baisse de la demande de carburants de transport ont eu un impact négatif sur les volumes et les marges de notre segment Raffinage et de notre activité Oxyfuels et produits connexes dans le segment Intermédiaires et produits dérivés. Les fermetures mondiales par les constructeurs automobiles ont fortement réduit la demande de nos composés de polypropylène au sein du segment Advanced Polymer Solutions. La demande des polyoléfines utilisée par les consommateurs dans les produits d'emballage et de soins de santé a soutenu les marges de polyéthylène intégrées relativement stables dans le segment des oléfines et polyoléfines – Amériques. La baisse des prix des matières premières a entraîné une augmentation des marges de polyéthylène intégrées pour notre secteur O&P – Europe, Asie et International. Bien que nous nous attendions à ce que la demande de biens durables prenne un certain temps à se rétablir, des changements durables dans les modes de vie des consommateurs pourraient avoir des implications bénéfiques à moyen terme pour certains de nos grands marchés d'utilisation finale.

À la diapositive 5, nous montrons des études récentes du marché nord-américain qui suggèrent des changements dans les habitudes d'achat des consommateurs qui pourraient perdurer au-delà de la crise actuelle. Comme vous avez pu le constater, les consommateurs ont stocké des garde-manger à la maison, car il est devenu clair que des restrictions sociétales étaient nécessaires pour ralentir la propagation du virus. LyondellBasell a ressenti cette poussée pour nos polymères utilisés dans les emballages de consommation pour livrer en toute sécurité des aliments, des médicaments et d'autres produits essentiels aux ménages du monde entier. Le besoin d'emballages en plastique a augmenté à mesure que la société passait des volumes en vrac utilisés dans les lieux de travail et les restaurants à des emballages plus petits livrés et consommés à domicile.

La demande excessive de produits en papier a diminué et, heureusement, la plupart des stocks de produits de soins de santé à domicile ne nécessitent pas de réapprovisionnement. Mais les changements de style de vie créent une nouvelle normalité, la demande des consommateurs de produits surgelés, laitiers et emballés ayant augmenté d'environ 30%. Les enquêtes indiquent qu'après être restés à la maison pendant la pandémie, 40% des Américains prévoient d'augmenter la durée de leur travail à domicile et 65% ont l'intention de manger à la maison plus souvent. Ces changements sont susceptibles d'augmenter la demande pour les emballages en polyoléfine qui sont généralement utilisés dans ces applications.

Passons à la diapositive 6 et passons en revue nos récentes performances en matière de sécurité. L'engagement de LyondellBasell envers la santé et la sécurité est devenu encore plus pertinent pour nos employés, nos sous-traitants et nos communautés pendant la pandémie. Nos employés ont continué de fournir des performances de sécurité dans le quartile supérieur, sinon le décile supérieur, malgré de nombreuses distractions potentielles en ces temps difficiles. Plus tôt, j'ai mentionné nos mesures de précaution pour augmenter la fréquence et l'intensité de notre lieu de travail, la désinfection, les pratiques de distanciation sociale, la surveillance de la santé et les processus d'auto-déclaration pour réduire la propagation du virus parmi nos effectifs. Nos processus se sont révélés efficaces avec une propagation limitée de virus à travers notre population mondiale d'employés. Les opérations de fabrication de LyondellBasell ont été désignées comme une industrie essentielle pour répondre aux besoins de la société pendant la pandémie.

Passons à la diapositive 7, où nous mettons en évidence le rôle de LyondellBasell dans la fourniture de produits vitaux qui répondent aux besoins de santé, d'hygiène et médicaux. Par exemple, nos résines de polypropylène sont utilisées par les clients pour produire des fibres soufflées à l'état fondu qui assurent la filtration dans les masques faciaux. Nos produits de mélange maître sont utilisés pour produire des films respirants. Notre polyéthylène est utilisé pour les vêtements de protection, le drapage et les emballages médicaux. Et nos polypropylène, éthanol, isopropanol, oxyde d'éthylène et oxyde de propylène sont utilisés pour fabriquer des seringues, des tubes, des kits de test, des savons, des désinfectants, des dispositifs médicaux et de nombreux autres produits.

Sur ce, je cède la parole à Michael, qui nous guidera à travers plusieurs sujets liés à notre performance financière.

————————————————– ——————————

Michael C. McMurray, LyondellBasell Industries N.V. – Vice-président exécutif et directeur financier (4)

————————————————– ——————————

Merci, Bob, et bonjour à tous. La diapositive 8 illustre notre performance relativement constante des flux de trésorerie au cours des 5 dernières années. Au cours des 12 derniers mois, 90% de notre EBITDA s'est traduit par des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles. Avec environ 1 milliard de dollars consacrés au maintien de nos actifs, notre flux de trésorerie d'exploitation libre est demeuré relativement sain à 3,8 milliards de dollars. Comme vous l'avez entendu de Bob, nous mettons beaucoup l'accent sur la génération de liquidités et de liquidités.

Veuillez maintenant passer à la diapositive 9, où nous fournissons plus de détails sur la génération de trésorerie pour le premier trimestre. Vous pouvez voir que notre entreprise a généré 500 millions de dollars de trésorerie provenant des activités d'exploitation au cours du premier trimestre, en baisse d'un peu plus de 100 millions de dollars par rapport à il y a un an. Au cours du premier trimestre, nous avons augmenté notre encaisse à 1,8 milliard de dollars avec beaucoup de prudence grâce aux emprunts sur nos crédits renouvelables, nos débiteurs et nos papiers commerciaux. Les dépenses en immobilisations se sont élevées à environ 660 millions de dollars alors que nous continuons de progresser dans notre usine de PO / TBA. Au premier trimestre, nous avons versé 351 millions de dollars en dividendes à nos actionnaires.

Comme Bob l'a mentionné, nous avons élaboré des stratégies pour répondre à divers scénarios économiques. La diapositive 10 présente les mesures que nous avons prises pour maximiser la liquidité. Nous augmentons les rentrées de fonds en accélérant les initiatives de réduction des coûts et en réduisant le fonds de roulement. Fin mars, nous disposions de 3,2 milliards de dollars de liquidités. Nous avons encore renforcé cette liquidité grâce à l'émission réussie de 2 milliards de dollars de billets de premier rang en avril à des taux à long terme très intéressants. Avec le ralentissement de la construction de notre usine de PO / TBA, le report des projets de croissance et un certain report de l'entretien prévu, nous réduirons nos dépenses en immobilisations de 2020 de 500 millions de dollars par rapport à nos prévisions antérieures. Dans l'environnement incertain actuel, nous privilégierons la liquidité aux rachats d'actions et à toute activité potentielle de fusion-acquisition.

Nous avons un bilan solide et un profil de maturité favorable. La diapositive 11 illustre les échéances de notre portefeuille de dette à long terme après l'émission d'obligations d'avril 2020. Le produit de l'émission sera utilisé aux fins générales de l'entreprise, notamment pour accroître nos liquidités et gérer les échéances de la dette à court terme. Avec l'ajout des nouvelles obligations, notre coût moyen pondéré de la dette reste d'environ 3,8%. La dette à long terme échéant en 2022 comprend 500 millions de dollars empruntés aux termes de notre facilité de crédit renouvelable au premier trimestre. Cet emprunt, ainsi que d'autres emprunts à court terme, ont été remboursés en avril à même la trésorerie existante et le produit de notre récent placement obligataire. Nos obligations ont un profil d'échéance bien équilibré qui réduit le risque de refinancement au cours d'une année donnée, et la société bénéficie d'une bonne combinaison de dette en dollars et en euros.

Avant de passer la parole à Bob, veuillez passer à la diapositive 12 et me permettre de fournir une mise à jour sur les orientations annuelles en matière de modélisation financière dont nous avons discuté au dernier trimestre. Comme nous l'avons mentionné, nous réduisons notre plan 2020 pour les dépenses en immobilisations de 500 millions de dollars à 1,9 milliard de dollars. Environ 200 millions de dollars de la réduction sont associés à des projets générateurs de profits, la majorité provenant de la réduction du rythme de construction de notre nouvelle usine de PO / TBA. La réduction des dépenses deviendra évidente au cours du deuxième semestre de cette année. Nous restons attachés à la réalisation de notre investissement stratégique dans le projet PO / TBA et reprendrons toutes nos activités au moment opportun. Les 300 millions de dollars restants de la réduction des dépenses en immobilisations sont principalement liés à des reports de notre calendrier d'entretien prévu. En plus des économies de CapEx, nous ne prévoyons plus d'impacts d'EBITDA sur l'activité liés aux principales activités de maintenance planifiées pour le second semestre 2020.

Nous avions précédemment fourni une estimation des intérêts en espèces pour 2020. Nous avons pensé qu'il était plus facile pour vous de modéliser en utilisant nos intérêts débiteurs pour 2020, qui devraient être de 410 millions de dollars. Cela comprend un crédit pour intérêts capitalisés d'environ 45 millions de dollars. Les amortissements et dépréciations annuels pour 2020 continuent d'être prévus à 1,5 milliard de dollars.

Nous réduisons notre régime de cotisations de retraite en 2020 de 40 millions de dollars à environ 80 millions de dollars, et notre charge de retraite demeure estimée à 100 millions de dollars. Nous réduisons notre taux d'imposition effectif estimé de 2020 d'environ 20% à une attente au milieu de l'adolescence. Le taux d'imposition en espèces devrait se maintenir entre le milieu et le haut de l'adolescence.

Le taux effectif inférieur est lié à la fois à la baisse de la rentabilité et aux effets favorables de la loi américaine Coronavirus Aid, Relief and Economic Security ou CARES Act. La Loi CARES a entraîné une charge fiscale plus élevée au premier trimestre en raison d'une réévaluation de nos passifs d'impôt différé qui était distincte au premier trimestre. L'impact net de la loi CARES sur l'ensemble de l'année devrait être favorable.

Sur ce, je reviens à Bob pour une discussion plus détaillée des résultats de notre segment. Bob?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – PDG et administrateur (5)

————————————————– ——————————

Merci, Michael. Passons à la diapositive 13 et passons en revue notre performance du premier trimestre. Comme mentionné précédemment, mon analyse des résultats commerciaux portera sur nos résultats commerciaux sous-jacents, à l'exclusion des impacts des frais d'inventaire LCM non cash.

Notre empreinte mondiale et notre portefeuille d'activités diversifié continuent de fournir de la résilience dans cet environnement de marché difficile. Le BAIIA du premier trimestre était de 1,1 milliard de dollars. La rentabilité des oléfines et des polyoléfines – Amériques et O&P – en Europe, en Asie et à l'international a été soutenue par notre capacité à basculer entre les matières premières à faible coût et la forte demande en polymère des emballages axés sur le consommateur et des applications médicales. Notre secteur du raffinage et les activités Oxyfuels et produits connexes du secteur I&D ont été confrontés à des conditions de marché difficiles créées par la réduction des marges et de la demande de carburants de transport. La résilience de notre portefeuille d'activités continue de bénéficier de notre participation relativement élevée à la demande de produits non durables tirée par les consommateurs et d'une empreinte de fabrication mondiale diversifiée.

La diapositive 14 met en évidence la flexibilité différentielle de nos matières premières par rapport à nos pairs dans nos actifs américains et européens de craquage d'éthylène. Nous pouvons tirer parti des matières premières les plus économiques en ce qui concerne les coûts des matières premières et les prix des produits. En Amérique du Nord, nos 2 craquelins du Midwest à Clinton et Morris ont été construits pour utiliser de l'éthane et du propane toronnés à faible coût.

Sur la côte américaine du golfe du Mexique, 3 de nos craquelins peuvent utiliser la gamme complète de matières premières: éthane, propane, butane, LGN mixtes de qualité Y, condensat et naphta, tandis que le quatrième craqueur peut fléchir parmi les LGN les plus économiques. Cela nous permet de réagir aux prix des matières premières et d'alléger la pression de la demande sur l'une des matières premières.

Notre système de crackers offre des avantages distincts par rapport aux crackers de nouvelle construction qui ne peuvent faire fonctionner que de l'éthane. De la même manière, nous avons amélioré notre flexibilité en Europe avec des capacités pour exécuter un peu plus de 50% de notre (B2A) en utilisant des GPL et d'autres matières premières potentiellement avantagées.

Sur la diapositive 15, nous soulignons comment cette flexibilité des matières premières peut fournir des marges avantageuses pour LyondellBasell. Les marges de polyéthylène intégrées en Amérique du Nord ont fluctué au premier trimestre, les frais d'avantage étant passés de l'éthane, du propane et du butane au naphta, le prix du pétrole ayant chuté en mars. Nous sommes en mesure de suivre la matière première la plus économique pour maximiser la rentabilité en basculant entre les matières premières utilisées dans nos craquelins flexibles. En Europe, les marges de polyéthylène intégrées en mars étaient les plus élevées que nous ayons vues depuis 2015. Nous avons été en mesure de maximiser la valeur à travers le naphta, le propane, le butane et d'autres aliments avantageux. Avec des actifs importants en Europe et en Amérique du Nord, les résultats globaux de LyondellBasell sont moins volatils que si notre entreprise ne dépendait que d'une seule région.

Compte tenu de notre flexibilité en matière de matières premières, passons en revue nos résultats du premier trimestre, en commençant par notre segment Oléfines et polyoléfines – Amériques sur la diapositive 16. Le BAIIA du premier trimestre était de 477 millions de dollars, soit 46 millions de dollars de moins qu'au quatrième trimestre. La rentabilité a été tirée par la forte demande de polymères utilisés dans les emballages de consommation et les applications médicales, ce qui a permis une amélioration des écarts de prix du polyéthylène par rapport au monomère d'éthylène.

Les résultats d'Olefins ont diminué d'environ 110 millions de dollars par rapport au quatrième trimestre. Les marges ont diminué en raison de la baisse des prix de vente de l'éthylène, partiellement compensée par une baisse des prix des matières premières. Les taux d'exploitation de l'éthylène sont tombés à environ 87% pour le trimestre en raison d'une révision de maintenance planifiée pour l'un des 2 craquelins de notre usine de Channelview.

Les résultats de la polyoléfine ont augmenté d'environ 95 millions de dollars au cours du premier trimestre, en raison d'une amélioration de l'écart de prix du polyéthylène sur l'éthylène de plus de 105 dollars la tonne, principalement en raison de la baisse des coûts de l'éthylène.

Au cours du premier trimestre, nous avons poursuivi nos initiatives de croissance en lançant la production dans notre usine de polyéthylène haute densité Hyperzone de 500 000 tonnes par an, ici sur la côte américaine du golfe du Mexique. Notre technologie Hyperzone Polyethylene fournit des produits différentiels pour des applications telles que les conduites d'eau, les fûts industriels et les conteneurs de vrac intermédiaires.

Nous prévoyons un deuxième trimestre plus difficile avec en toile de fond les conditions de marché sans précédent. Alors que la baisse des prix des matières premières pourrait réduire les coûts, les incertitudes entourant le prix du pétrole et une demande sous-jacente plus faible pourraient réduire les prix et les volumes des polyoléfines. Les consultants de l'industrie prévoient que les craquelins américains fonctionneront à environ 75% de la capacité nominale au cours du deuxième trimestre, et nos actifs devraient fonctionner dans une fourchette similaire.

Veuillez maintenant passer à la diapositive 17 pour passer en revue les performances de notre segment Oléfines et polyoléfines – Europe, Asie et International. Au cours du premier trimestre, le BAIIA s'est établi à 225 millions de dollars, soit 81 millions de dollars de plus qu'au quatrième trimestre. La rentabilité a été tirée par la baisse des prix des matières premières, une fiabilité accrue et des volumes plus élevés. Les résultats des oléfines ont augmenté de plus de 135 millions de dollars, en raison d'une augmentation de la marge d'éthylène due à la baisse des prix du naphta et d'autres matières premières. Les volumes ont augmenté alors que les taux d'exploitation des craquelins ont atteint 95% pour le trimestre en raison d'une meilleure fiabilité. Les résultats des polyoléfines combinées étaient comparables au trimestre précédent. Le volume de polyéthylène a augmenté de 15% par rapport au quatrième trimestre, avec une demande d'emballages tirée par les consommateurs en raison des commandes à domicile. Les marges des polyoléfines ont diminué, compensant l'amélioration du volume. Les réductions des marges et des volumes dans nos coentreprises ont contribué à une baisse du revenu des capitaux propres d'environ 35 millions de dollars.

Nous prévoyons que le deuxième trimestre suivra des tendances similaires à celles des Amériques, les avantages de la baisse des coûts des matières premières étant atténués par la baisse de la demande. Nos craquelins européens devraient fonctionner à 80% à 85% de la capacité nominale au cours du deuxième trimestre.

Veuillez passer à la diapositive 18. Jetons un coup d'œil à notre segment Intermédiaires et produits dérivés. Le BAIIA du premier trimestre s'est établi à 281 millions de dollars, une baisse de 48 millions de dollars par rapport au trimestre précédent. Les résultats ont été affectés par une baisse importante de la demande d'essence qui a gravement affecté les marges d'oxycombustibles à partir de février. Les résultats de l'oxyde de propylène et des dérivés du premier trimestre ont augmenté d'environ 25 millions de dollars en raison de l'augmentation des volumes et des marges. Les produits chimiques intermédiaires ont augmenté de 15 millions de dollars, tirés par une augmentation des marges d'acétyle. Les volumes ont diminué en raison de l'entretien prévu de notre unité de méthanol de Channelview. Les résultats des Oxyfuels et produits connexes ont diminué d'environ 80 millions de dollars en raison de la baisse des prix des produits.

En février et mars, les marges d'Oxyfuels ont diminué avec une demande d'essence plus faible à mesure que les restrictions mondiales sur les voyages et les commandes de séjours à domicile se sont généralisées. Nous nous attendons à de nouvelles baisses pour le segment au deuxième trimestre, car la demande morose pour les applications d'oxyde de propylène et de polyuréthane et la pression continue sur la demande et les marges en oxycarburants persisteront probablement tout au long du deuxième trimestre.

Sur la diapositive 19, passons en revue les résultats de notre segment Advanced Polymer Solutions. Le BAIIA du premier trimestre s'est établi à 115 millions de dollars, soit 53 millions de dollars de plus qu'au quatrième trimestre. Les volumes et les marges ont augmenté avec des améliorations saisonnières typiques qui ont été atténuées par les fermetures liées à la pandémie dans les marchés finaux de l'automobile. Les coûts d'intégration avant impôts du premier trimestre étaient de 14 millions de dollars. Les résultats de Compounding & Solutions ont augmenté d'environ 30 millions de dollars en raison de l'augmentation des marges et des volumes. Les améliorations saisonnières des volumes ont été partiellement contrebalancées par la baisse de la demande du marché final de l'automobile en mars. Les résultats de Advanced Polymers ont augmenté d'environ 10 millions de dollars, soutenus par une amélioration de la demande saisonnière de construction.

Notre équipe continue de progresser dans les efforts d'intégration liés à l'acquisition de A. Schulman en 2018. Les activités d'intégration sont prévues pour atteindre 200 millions de dollars en synergies annuelles de taux de fonctionnement à terme d'ici le troisième trimestre de cette année.

Au cours du deuxième trimestre, nous prévoyons que la rentabilité du segment sera de plus en plus affectée par de fortes réductions de la demande pour nos composés de polypropylène utilisés sur les marchés finaux de l'automobile. Comme je l'ai mentionné, nous avons temporairement ralenti la production dans plusieurs de nos petites usines en raison de fermetures d'usines de fabrication dans l'industrie automobile.

Passons maintenant à la diapositive 20 et discutons des résultats de notre segment Raffinage. Le BAIIA du premier trimestre a été négatif de 80 millions de dollars, en baisse de 102 millions de dollars par rapport au quatrième trimestre de 2019. Les résultats ont été entraînés par une diminution des écarts de fissure et une interruption imprévue de notre unité de craquage catalytique fluidisé. Au premier trimestre, l'écart de fissure de référence de l'industrie MAYA 2-1-1 a diminué pour s'établir à 17,21 $ le baril en moyenne pour le trimestre. Un entretien imprévu dans notre raffinerie de Houston a réduit le débit moyen de brut de plus de 40 000 barils par jour à 226 000 barils par jour pour le trimestre. Le marché du raffinage a été mis à l'épreuve par la baisse des prix et la demande de carburants de transport, y compris l'essence et le carburéacteur. Nous prévoyons que ces facteurs continueront de peser sur nos résultats de raffinage jusqu'à ce que les restrictions sociétales se relâchent et que la demande de carburants de transport revienne à des niveaux typiques plus tard dans l'année. Notre unité de craquage catalytique fluide à la raffinerie a été remise en service à la fin avril, et nous exploitons actuellement la raffinerie à 85% à 90% du débit brut indiqué sur la plaque signalétique.

Veuillez passer à la diapositive 21 pendant que nous examinons les résultats de notre segment Technologie. Au cours du premier trimestre, le BAIIA du secteur Technologie a été de 56 millions de dollars, soit une baisse de 82 millions de dollars par rapport aux résultats records du quatrième trimestre de 2019. Les volumes et les marges de Catalyst sont restés stables, tandis que les revenus de licences ont diminué en raison d'une diminution des jalons de revenus au cours du trimestre. Notre segment Technologie octroie des licences sur les technologies de production de polymères pour les nouvelles usines de fabrication qui permettent la vente ultérieure de catalyseurs aux clients sous licence pendant la durée de vie de l'actif. Les conditions des contrats individuels et le calendrier des étapes du projet entraînent un rythme inégal pour les revenus de licence. Sur la base du calendrier prévu des étapes à venir, nous prévoyons que la rentabilité des licences au deuxième trimestre reviendra aux niveaux plus élevés des derniers trimestres.

Permettez-moi de résumer les faits saillants et les perspectives de ce trimestre avec la diapositive 22. Au cours du premier trimestre, les principaux actifs et avantages de LyondellBasell ont continué de produire des résultats résilients. Nos fondements dans la mise à profit de notre flexibilité en matière de matières premières, avec nos faibles coûts d'exploitation et notre utilisation élevée des actifs, nous servent bien à tout moment du cycle. Nous restons cohérents avec notre stratégie de déploiement de capital qui soutient notre dividende avec une génération de trésorerie efficace et une allocation disciplinée des dépenses en capital pour les projets de maintenance requis et de croissance génératrice de bénéfices. Toutes les décisions sont fondées sur notre engagement envers une solide cote de crédit de première qualité.

Nous prévoyons que les défis liés à la pandémie de coronavirus et à la chute des prix du pétrole survenue au cours du premier trimestre se prolongeront pendant une grande partie de l'année. La demande et les marges pour les carburants de transport finiront par rebondir au fur et à mesure que diverses régions sortiront des restrictions sociétales, retourneront au travail et retrouveront leur confort avec les habitudes de voyage antérieures. Les marchés des biens durables discrétionnaires mettront probablement plus de temps à se remettre de la récession. Nous nous attendons à ce que la forte demande du consommateur pour nos produits d'emballage et d'applications médicales se poursuive.

LyondellBasell relève ces défis en réduisant de manière proactive les coûts, le fonds de roulement et les dépenses en capital tout en priorisant et en augmentant la liquidité. Notre entreprise est vraiment bien placée pour naviguer sur ces marchés difficiles et en ressortir plus forte avec le rebond éventuel de l'économie mondiale. Nous sommes maintenant heureux de répondre à vos questions.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur (1)

————————————————– ——————————

(Instructions de l'opérateur) Et nous avons une question dans la file d'attente de John McNulty de BMO Marchés des capitaux.

————————————————– ——————————

John Patrick McNulty, Recherche sur les actions de BMO Marchés des capitaux – Analyste (2)

————————————————– ——————————

Donc, je suppose que lorsque nous regardons cette récession, elle est différente des précédentes en raison de la mise en quarantaine et de l'impact de cela ou de son effet aggravant. Il semble que lorsque la mise en quarantaine commence à se terminer, il y a quelques entreprises, Refining & Oxyfuels, qui devraient en quelque sorte revenir en arrière assez rapidement. Mais comment devrions-nous penser au reste des entreprises et à l'impact potentiel que peut avoir la quarantaine sur elle, où vous pourriez, à la fin, commencer à obtenir un soulagement peut-être plus tôt que la macro globale? Y a-t-il un moyen d'y penser?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – PDG et directeur (3)

————————————————– ——————————

Oui, John. Donc, la façon dont nous y pensons est que nous avons des emballages et des produits médicaux qui représentent probablement près de la moitié de l'entreprise; puis les biens durables, l'automobile est probablement d'environ 20%, 25%; et puis les combustibles et les oxyfuels et ainsi de suite est le reste. Je pense que nous devrions voir la demande s'améliorer encore plus si les économies sont ouvertes parce qu'en général, en été, comme vous le savez, nous constatons des effets saisonniers et nous constatons une augmentation de la demande. Donc, relativement parlant, nous pourrions en voir plus du côté de l'emballage. Et en ce qui concerne les carburants, vous avez dit à juste titre que, à mesure que les gens roulent et conduisent davantage, nos activités liées aux oxyfuels et au raffinage devraient s'améliorer. Donc, la façon dont nous y pensons est la production automobile et la demande sera probablement la plus lente à revenir. Mais c'est une assez petite partie de notre entreprise.

————————————————– ——————————

Opérateur (4)

————————————————– ——————————

La prochaine question est posée par Steve Byrne de Bank of America.

————————————————– ——————————

Steve Byrne, BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – Directeur de la recherche sur les actions (5)

————————————————– ——————————

If your Bora project, the cracker and downstream polyethylene plant, if they were — if that was onstream today and you were able to receive naphtha as an internal transfer from your partner's refinery, how would the integrated margin of that complex compare to, say, your naphtha-based margins in Europe and your U.S. Gulf margins?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (6)

————————————————– ——————————

Yes, Steve. Indeed, if it was running, we'd have decent margins, probably in the $400 to $500 per ton integrated basis range. You'll recall that the thesis around that investment is about producing in China for China, and the benefit of that project for us beyond getting a bigger position in China is that the timing of the investment will be such that when we make our capital infusion, it will be very close to start-up. So within a quarter or 2. But decent margins today, if it was running.

————————————————– ——————————

Operator (7)

————————————————– ——————————

Our next question is from David Begleiter from Deutsche Bank.

————————————————– ——————————

David L. Begleiter, Deutsche Bank AG, Research Division – MD and Senior Research Analyst (8)

————————————————– ——————————

Bob, just on polyethylene prices. Consultants said they fell $0.04 in April. Do you agree, and they're calling for another $0.06 in May and June for combined $0.10 decline in Q2. Again, do you agree? Do you think that's too severe?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (9)

————————————————– ——————————

Yes, David. I think even the $0.04, I would say it's — that may be more of a headline number as opposed to kind of realized when you look through all of the different end-use segments that we supply.

In terms of the outlook, with ethane price rising like it has, difficult to imagine that you'd have that kind of a large step down. And again, as I mentioned earlier on the demand side, packaging-related demand is still very good. We're coming into the summer season. And as different state economies in the U.S. start to open and outdoor activities actually are safer than indoor activities, and that drives packaging demand. So if we see some increase in demand seasonally, it seems to me that we have a decent market environment. And in our case, we're running our assets in olefins and polyolefins in the U.S. at about 70% today. So pretty decent rate given the kind of environment we're in.

————————————————– ——————————

Operator (10)

————————————————– ——————————

Next question is from Vincent Andrews from Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

Vincent Stephen Andrews, Morgan Stanley, Research Division – MD (11)

————————————————– ——————————

Bob, wondering if you could talk a bit about the concern that's out there that with lower oil prices we'll have less associated gas production and therefore, less NGL production. So if gas does go above $3, $3.50, wherever it goes, what do you think happens to ethane and propane prices?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (12)

————————————————– ——————————

Oui. So Vincent, in terms of ethane supply/demand, we're all working to get our arms around what could happen. But here's the way I think about it. First of all, there's quite a bit that's being rejected today, maybe as much as 350,000 barrels a day of ethane being rejected. So of course, that rejection would get shut off. And then in times past, what we've seen is if ethane is still snug and values rise, especially in the low oil price environment, you'd see feedstock flexibility kick in. And a company like us, which — who have a lot of feedstock flexibility, we would tilt more towards liquids and LPGs. And beyond that, some of the exports could even get shut off for ethane. So it seems to me that what we're really trying to think through is could we have another spike as opposed to a sustained period of high ethane prices. Because in the end, we continue to believe that there's an abundance of ethane available in the U.S. and higher prices will just attract more investment and more supply of ethane over the long term. So it's more about thinking through transitory effects. And I think a company like ours that has so much feedstock flexibility, we can manage through that probably better than most.

————————————————– ——————————

Operator (13)

————————————————– ——————————

Next question is from Arun Viswanathan from RBC Capital Markets.

————————————————– ——————————

Arun Shankar Viswanathan, RBC Capital Markets, Research Division – Senior Equity Analyst (14)

————————————————– ——————————

Génial. Hope you're all well. I guess I just wanted to ask about polypropylene. So when you look at supply/demand and what's going on with the compounding and automotive, would you expect — and then also feedstocks as well. Would you expect any capacity reductions in polypropylene over the next year or 2? Maybe just your comment on your outlook for polypropylene.

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (15)

————————————————– ——————————

Oui. Arun, it could be that some of the high-cost capacity in Europe or U.S. is idled. But more importantly, what we've observed so far is projects are starting to get delayed, excluding China. But elsewhere in the world, if you look up in North America and other parts of the world, those are the first signs of change. And frankly, we're seeing that even in polyethylene. So one of the outcomes of the period that we're going through is delays in new construction. And I certainly see that in polypropylene.

————————————————– ——————————

Opérateur (16)

————————————————– ——————————

Next question comes from PJ Juvekar from Citi.

————————————————– ——————————

Prashant N. Juvekar, Citigroup Inc, Research Division – Global Head of Chemicals & Agriculture Research and MD (17)

————————————————– ——————————

Just a quick question. Given the planned shutdowns globally, where are your inventories of polyethylene and polypropylene? Where are they for the industry? And in this type of environment, usually, converters begin to destock, anticipating lower prices. Where do we stand on that? And what kind of working capital do you expect to release given lower raw materials, lower inventories, et cetera?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (18)

————————————————– ——————————

Oui. Thank you, PJ. Well, inventory reduction has been a very, very high focus for us over the last 75 days or so. We started reducing inventories back in late February and early March. And so today, for our polyolefins, we're sitting at 30 days or so of inventory based on lower demand rates. So we've already adjusted for anticipated lower demand rate and we'll continue to do that. And essentially, what we're doing is we're short cycling our product wheel to preferentially produce the products where there's high demand. And only produce to order the areas where we believe there's low demand or low visibility on demand.

And your question about working capital reduction and cash release, we expect about $500 million of cash release from lower working capital as we work our way through this year. Most of that benefit should come through in Q2 with a little bit of tailing benefit in Q3.

————————————————– ——————————

Operator (19)

————————————————– ——————————

Our next question comes from Kevin McCarthy with Vertical Research Partners.

————————————————– ——————————

Kevin William McCarthy, Vertical Research Partners, LLC – Partner (20)

————————————————– ——————————

Bob, one of the effects of the pandemic seems to be rapidly changing consumer and government attitudes towards single-use plastics. What are you observing in that area? And do you anticipate any backlash reversion that would lead to a structural benefit in addition to the other sort of working and staying at home, cooking at home benefits that you alluded to in the prepared remarks?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (21)

————————————————– ——————————

Kevin, we do see some structural benefits, I think, accruing to both polyethylene and polypropylene for some time given what's happened. Reversal of bag bans on the West Coast, on the East Coast, those could stay for a while. I think what people are realizing is that there are very significant hygienic benefits to plastics, and that single-use has benefits. The key thing that we have to remember that won't change is that the challenge of plastic waste still remains. And I can tell you that we, as a company, have not lost our focus on that. And I think as an industry, the focus on plastic waste, addressing recycling, increasing capture of waste before it gets in the environment, that's something that we should continue our focus on as an industry, and we certainly will continue as a company. And then as single-use applications increase in demand, I think society can be confident that, that single-use waste won't end up in the environment. So plastic waste will continue to be an area of emphasis for us.

————————————————– ——————————

Operator (22)

————————————————– ——————————

Next question comes from Aleksey Yefremov from KeyBanc.

————————————————– ——————————

Aleksey V. Yefremov, KeyBanc Capital Markets Inc., Research Division – Research Analyst (23)

————————————————– ——————————

Bob, you mentioned that benchmark margins for ethylene, polyethylene in Europe were fairly high, close to record. At the same time, your EBITDA was up sequentially but below 2019 and 2019 averages. So A, could you explain why that is? And B, if these benchmarks decline in the second quarter, should your EBITDA decline less than the benchmark would apply?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (24)

————————————————– ——————————

Well, so Aleksey, it's probably more about timing during the quarter in terms of the margins. In Europe, as the oil price declined, we did see a margin expansion. And that's very typical in Europe. And I think it speaks to, again, the diversity of our asset base. And in a lower oil price environment, we generally see better contribution from our European assets. We likely will see some margin erosion in Europe as we work through Q2 and as things normalize a bit more and the new sort of lower oil price environment sets in. We do expect some margin erosion in Europe. But demand is decent in Europe. Frankly, we're running our O&P assets at about 80% in Europe today. And as economies over there open up, we think that going into the summer season, we could run at pretty good rates in this 80% to 85% range through the summer.

————————————————– ——————————

Operator (25)

————————————————– ——————————

Next question comes from Duffy Fischer from Barclays.

————————————————– ——————————

Patrick Duffy Fischer, Barclays Bank PLC, Research Division – Director & Senior Chemical Analyst (26)

————————————————– ——————————

Question just around the differential between, say, U.S. ethane-based and kind of European and Asian naphtha-based. Obviously, as oils come down on paper, at least, those 2 regions look extremely competitive. How quickly do you think, as they ramp up some of their production rates, do you think the by-products from the naphtha will start to readjust to lower levels? So the propylenes, the benzene, the butadienes, that kind of stuff. Can you walk through how you see that playing out the rest of this year?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (27)

————————————————– ——————————

Oui. So Duffy, actually, the byproduct disposition is already playing out. And C4 is — butadienes containment is a real challenge. And so our strategy is that we don't want to build inventory on butadiene. And so we'll crack liquids up to a point where we can move the butadiene and I think that's already globally been restricting the amount of naphtha that's being cracked. And so we've had — over the past 10 years, I was thinking about this, that we've had probably 2 or 3 periods like this where a coproduct disposition became a challenge. Typically, it doesn't last that long. And in the current environment, some automobile production coming back and people driving and replacing tires should provide some relief. But I think it will continue to be a constraint through most of this year, especially disposition of butadiene. And again, our strategy, even in the U.S., where we have significant feedstock flexibility, we will maximize liquids up to a point where we're not building inventory of C4s.

————————————————– ——————————

Operator (28)

————————————————– ——————————

Next question comes from Bob Koort from Goldman Sachs.

————————————————– ——————————

Dylan Scott Carter Campbell, Goldman Sachs Group Inc., Research Division – Research Analyst (29)

————————————————– ——————————

This is Dylan Campbell on for Bob. A question kind of on the cash flow profile. You mentioned kind of working capital improvement. Would you be able to size that at any degree in terms of how much of those are your intrinsic improvements versus the decline in oil prices? And then also on CapEx, with kind of $1.1 billion of growth CapEx still embedded in the total CapEx number for the year, is there further room for that to decline this year?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (30)

————————————————– ——————————

Dylan, let me answer the question in terms of how we're — the actions we've taken to increase cash flow. So as I mentioned earlier, working capital release, we expect to be about $500 million, mostly in Q2 with some trailing benefits in Q3. CapEx, we've reduced on a cash basis by about $500 million from $2.4 billion to $1.9 billion. Most of that $500 million benefit will be evenly spread across Q3 and Q4. In addition to that, we've undertaken — we've accelerated our cost-reduction initiatives that we started in September of last year. We expect those to provide additional benefit this year on a cash basis of between $150 million and $200 million. So when you kind of total all that up between the working capital, the CapEx and the cash basis cost reduction, we expect that we should boost cash flow this year by about $1.1 billion to $1.2 billion, and the timing will start in Q2 through the end of the year.

————————————————– ——————————

Operator (31)

————————————————– ——————————

Next question comes from Mike Sison from Wells Fargo.

————————————————– ——————————

Michael Joseph Sison, Wells Fargo Securities, LLC, Research Division – Senior Analyst (32)

————————————————– ——————————

Just sort of a longer-term question. When you think about your EBITDA in olefins, both Americas and EAI, I think you're going to be down this year, right? And given a lot of the challenges that we have in the economy. So when you think about in a better volume environment, hopefully over time and rebuilding that margin over time, can you maybe walk us through the variables between oil and how much volume recovery comes back in terms of your EBITDA, maybe on a more normalized EBITDA margin basis longer term?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (33)

————————————————– ——————————

Oui. I mean I think in the near term, Mike, we have decent visibility here with Q2 and into Q3. Q4, all of us are keeping an eye on whether we're going to have another wave of the virus or not. And it's an unknown, it's something that's difficult to predict. But if I look beyond the pandemic and look beyond the current period of low oil prices — I mean if history is an indicator, typically, oil prices do rebound within 24 months. Now at the moment, we also have a lot of inventory to work through. So we're not expecting significant improvement in oil price for most of this year. But I do think that if you were to look 24 months out, you could see oil prices at higher levels. Likely, we'll also see project delays and cancellations and I think — and some demand improvement, benefit from pent-up demand, which should set up a very good supply/demand environment 24 months out — 12 to 24 months out. But our focus is to make sure that we maximize cash flow and maximize liquidity in the near term. And make sure that we keep our focus on the long-term projects that we've initiated.

————————————————– ——————————

Operator (34)

————————————————– ——————————

Next question is from Frank Mitsch from Fermium Research.

————————————————– ——————————

Frank Joseph Mitsch, Fermium Research, LLC – Senior MD (35)

————————————————– ——————————

I'm glad to hear you're all doing well. Bob, you mentioned that all the major plants are running, although some of the smaller plants in APS are idle. I'm just curious, I assume you looked at perhaps idling some polyethylene capacity as others have. Where do you come out on the pros and cons of doing that? And what would be the likelihood that Lyondell would go that route?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (36)

————————————————– ——————————

Oui. We don't — Frank, we haven't really seen demand decline to a level where we would consider idling polyethylene capacity. So our sense is that here in April, we're kind of seeing a near-term bottom in demand because I would imagine that as economies partially reopen directionally, that should help on the demand side. And as I was stating earlier on one of the other questions, that in a partial lockdown or reduced mobility mode for the rest of the year perhaps, we think that packaging is a beneficiary of that. So our expectation is that in the U.S., we're going to run kind of 70%, 80% across our assets. And olefins and polyolefins in Europe, 80%, 85%, and we don't really foresee needing to idle for a long period of time any polyethylene.

————————————————– ——————————

Operator (37)

————————————————– ——————————

Next question is from Jeff Zekauskas from JPMorgan.

————————————————– ——————————

Jeffrey John Zekauskas, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Senior Analyst (38)

————————————————– ——————————

Bob, when you contemplate the experience of Lyondell, both in its business performance and its share price during the current recession, does it change your view concerning the distribution of dividend increase and share repurchase in the future for Lyondell? That is, do you think that your behavior in allocating your free cash flow in the future will change because of your experience this year?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (39)

————————————————– ——————————

Oui. Thank you for that question, Jeff. Well, in the near term, as I mentioned, given lack of visibility in terms of the outlook beyond Q3, really, our priorities are to maximize liquidity. In terms of capital allocation, we're very consistent in our view that the dividend is a high priority for us, coupled with a strong BBB or investment-grade rating, which today is BBB for us. So I don't expect that we would undertake buybacks given that we're prioritizing liquidity.

Our dividend, we expect that we will recommend the May dividend to our Board. We expect that they'll approve that dividend for Q2. Given the visibility that we have and the improvements we've made in terms of working capital, CapEx and the cash cost savings, we think that we can largely cover the dividend for the full year.

And I think your question, we'll be in a better position to answer when we get to later in the year about capital allocation. Today, the priority is maximize liquidity, maximize cash flow and all of those will allow us to continue — enable us to continue to pay the dividend largely from operating cash flow for the balance of the year.

————————————————– ——————————

Operator (40)

————————————————– ——————————

Next question is from Jonas Oxgaard from Bernstein.

————————————————– ——————————

Jonas I. Oxgaard, Sanford C. Bernstein & Co., LLC., Research Division – Senior Analyst (41)

————————————————– ——————————

A question on the refining of the oxyfuels. It seems that the main issues right now is because of the lack of fuel demand. So can you give us an idea for what should those businesses look like after the lockdown is over? Crude is still $30, $40 probably. But we're driving again.

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (42)

————————————————– ——————————

Oui. So in refining, Jonas, the light-heavy differential is a very, very significant driver for earnings, followed by diesel cracks. Our refinery, given that it's a heavy crude oil processing refinery and we make a significant amount of coke as a result, in this environment, it actually favors our refinery because of the amount of diesel that we produce. We've mentioned in prior earnings calls and other venues that we expect that our refinery, under more normalized conditions, should earn about $100 million in EBITDA per quarter. It will be a challenge to get to that level this year because we still need more supply of sour crude oil. But we do think that the higher level of diesel production as a portion of the total yield favors us in our refinery. In oxyfuels, we should start to see some benefits from the volume rising. Higher oil price also helps in terms of oxyfuel profitability. So both should directionally improve as the lockdowns are eased and as activity, at least daily activity, returns to more normal levels.

————————————————– ——————————

Operator (43)

————————————————– ——————————

Next question is from John Roberts from UBS.

————————————————– ——————————

John Ezekiel E. Roberts, UBS Investment Bank, Research Division – Executive Director and Equity Research Analyst, Chemicals (44)

————————————————– ——————————

I'm glad you're all so well. If you were able to switch to 100% heavy feedstocks, would you be able to place all of the extra coproducts in this soft market?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (45)

————————————————– ——————————

Oui. No, we would not be able to do that. And again, butadiene would be probably our greatest challenge today, and it's what limits us in terms of how much liquids we can crack. Our capability, we have 2 crackers at Channelview that produce about 4 billion pounds of ethylene in total. We can crack all liquids at those 2 crackers. And in terms of our Corpus Christi cracker, we can crack about 2/3 non-ethane feed. So we have significant flexibility. But today, we could not place all the C4s. And as I said earlier, we do not intend to build inventory.

————————————————– ——————————

Operator (46)

————————————————– ——————————

Our next question is from Matthew Blair from Tudor, Pickering, Holt.

————————————————– ——————————

Matthew Robert Lovseth Blair, Tudor, Pickering, Holt & Co. Securities, Inc., Research Division – MD of Refining and Chemicals Research (47)

————————————————– ——————————

Bob, glad to hear you are safe and sound. I just had a question. Could you compare polypropylene demand with PE demand? Which is holding up better and why?

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (48)

————————————————– ——————————

Matthew, good to hear from you. They're both resilient for different reasons. In polyethylene, the areas of weakness have been around construction, but we expect that, that's more seasonal, and that will pick up. In polypropylene, it's more about auto being weak. But on the other hand, it's been offset by the melt-blown-type of products that are going into PPE for first responders and there's quite a bit of packaging in polypropylene. If I really had to call one or the other I would say, maybe on the margin, polypropylene is a little bit weaker than polyethylene just because of the auto content. But both are holding up pretty well. And as I mentioned earlier, we're running our assets at 70% plus here in the U.S.

————————————————– ——————————

Michael C. McMurray, LyondellBasell Industries N.V. – Executive VP & CFO (49)

————————————————– ——————————

And Matthew, the only other thing I would add is the export market from North America for polyethylene isn't as strong as it was earlier in the year. So that's a particular weakness here in the second quarter anyways until China starts producing for the rest of the world again.

————————————————– ——————————

Operator (50)

————————————————– ——————————

The final question in the queue is from Hassan Ahmed from Alembic Global Advisors.

————————————————– ——————————

Hassan Ijaz Ahmed, Alembic Global Advisors – Partner & Head of Research (51)

————————————————– ——————————

Bob, wanted to revisit some of the comments you made about your dividend. Having taken a glance at the 10-K, it seems that as I take a look at the covenants and the like, that if LTM EBITDA — net debt-to-EBITDA sort of approaches or exceeds 3.5x, I guess the verbiage was that there are certain restrictions that are put on dividend outlay. So obviously, LTM kind of looking fairly sort of decent right now. But if this pandemic or certain lockdowns were to last longer, if there was COVID-related sort of lockdowns to pop up later on as we go through the course of the year, maybe if we start approaching LTM levels of I'd say, close to 3, slightly north of $3 billion, dividend start becoming a bit more questionable. Just wanted to sort of hear your thoughts about that.

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (52)

————————————————– ——————————

Oui. EBITDA levels at the kind of levels you're describing would be extremely low. But I'll invite Michael to comment on the covenants.

————————————————– ——————————

Michael C. McMurray, LyondellBasell Industries N.V. – Executive VP & CFO (53)

————————————————– ——————————

Oui. So one thing to keep in mind in regards to the covenants, so you're right. It was — there is a covenant related to total debt-to-EBITDA at greater than 3.5x. You'll note from some recent filings if you've gone through them, we decided it was prudent to actually get credit for cash on sheet. And so instead of a total debt, it's now a net debt covenant. So again, as Bob said, that outlook from an EBITDA perspective is pretty dire, and it would probably have to continue for some period of time. And then — but I did want to point out that we actually did get some covenant relief as well going from total debt to net debt.

————————————————– ——————————

Bhavesh V. Patel, LyondellBasell Industries N.V. – CEO & Director (54)

————————————————– ——————————

D'accord. Bien. Well, thank you for all your questions. I'd like to close with a few comments. As I mentioned earlier, we're anticipating and we're ready to address continued challenges as we progress through the current year. Our consistent focus on cash generation, disciplined capital allocation will serve us well in this challenging environment. We're leveraging our leading portfolio, advantaged positions to extend our track record of strong cash generation, profitable growth initiatives and prudent financial policies to deliver sustainable value for you, our shareholders. So we thank you for your interest in our company and look forward to updating you in July on our second quarter results.

So with that, we're adjourned. Have a great weekend.

————————————————– ——————————

Operator (55)

————————————————– ——————————

Ceci conclut l'appel d'aujourd'hui. Thank you for your participation. You may disconnect at this time.